Cannabis : dépôt du mémoire de la santé publique de l'Estrie

vendredi 01 septembre 2017

Des recommandations visant la prévention, la sensibilisation et les effets sur la santé liés à l'usage du cannabis.



Dans le cadre de la consultation régionale sur l'encadrement du cannabis, la direction de santé publique de l'Estrie a déposé un mémoire intitulé L'encadrement du cannabis au Québec : trouver le juste équilibre, lequel fait état d'une dizaine de recommandations.

Recommandations

  1. Financer et soutenir la réalisation de la première orientation de la Politique gouvernementale de prévention en santé, soit « le développement des capacités des personnes dès le plus jeune âge ».
  2. Financer et soutenir le déploiement de stratégies préventives en matière de consommation de cannabis ciblant la population générale, mais aussi les groupes à plus haut risque. Ces stratégies devraient être fondées sur les meilleures évidences scientifiques, d’intensité suffisante, adaptées à la réalité des différents groupes ciblés et développées de manière participative.
  3. Réduire au minimum l’attractivité et la nocivité du cannabis, notamment en interdisant la promotion des produits, en contrôlant les emballages, en proscrivant les produits comestibles de même que l’ajout de saveur, et en rendant disponible des produits à faible teneur de tétrahydrocannabinol (THC).
  4. Consacrer une partie des revenus générés par la vente de cannabis au développement, au transfert et à l’application des connaissances dans le domaine de la prévention.
  5. Limiter les points de vente, identifier les secteurs géographiques les plus à risque et éviter une concentration des points de vente dans ces secteurs.
  6. Interdire la vente de cannabis dans des milieux jugés à trop haut risque, notamment à proximité des écoles et des endroits où il y a vente d’alcool.
  7. Octroyer des budgets aux directions de santé publique et aux municipalités afin de favoriser l’intervention de proximité et le travail intersectoriel dans les secteurs jugés à risque.
  8. Former et outiller les dispensateurs afin qu’ils contribuent au repérage des consommateurs à risque, notamment en instaurant un système d’information permettant une vigilance quant aux profils de consommation problématique.
  9. Former et outiller les médecins et autres intervenants quant au dépistage, à l’évaluation de la consommation et à l’orientation des personnes vers des services de réadaptation.
  10. Consacrer une partie des revenus générés par la vente de cannabis à l’amélioration de l’accès aux soins et services en santé mentale et en dépendance offerts par le réseau public. 

Citation

« La thématique de la prévention, la sensibilisation et les effets sur la santé du cannabis m'interpelle particulièrement. En regard à notre réalité régionale, il importe de mettre en place des interventions de promotion et de prévention visant à limiter l'émergence de problèmes liés à l'usage du cannabis, et ce, autant pour l'ensemble des jeunes et des adultes que pour les groupes plus vulnérables à la maladie mentale et à la dépendance » Dre Mélissa Généreux., directrice de santé publique de l'Estrie

 

Consulter le mémoire


<< Retour à la liste des nouvelles