L’équipe d’interventions psychosociales répond rapidement aux besoins des personnes vulnérables

mercredi 01 février 2017

Sylvie Desautels, travailleuse sociale, et ses collègues poursuivent leurs interventions avec l’l’équipe mobile d’interventions psychosociales auprès des personnes vulnérables.


Pour Sylvie Desautels, travailleuse sociale au CIUSSS de l'Estrie -- CHUS et Mario Raymond, policier-patrouilleur du Service de police de Sherbrooke, l’ÉMIP favorise la complémentarité des interventions policières et psychosociales auprès des personnes vulnérables à Sherbrooke.

Formée d’un policier-patrouilleur et d’une travailleuse sociale, cette équipe intervient deux soirs/semaine à Sherbrooke (mercredi et vendredi) auprès des personnes vivant une situation de crise ou ayant un état mental perturbé. Ces personnes sont prises en charge rapidement par le bon professionnel ou la bonne ressource (urgence, ressource communautaire, Urgence Détresse, CLSC).

 

Des résultats probants pour l'équipe d'intervention

Durant ses six premiers mois de fonctionnement, l’ÉMIP a aidé, soutenu et accompagné 115 personnes vulnérables. Cette prise en charge personnalisée a répondu dans 75 % des cas aux besoins d’une clientèle qui n’était pas connue de nos services avant l'intervention de l'ÉMIP. De ce groupe, 63 % ont été référés à un CLSC ou à des services dans la communauté, ce qui a permis d’éviter 21 transports aux urgences. L’ÉMIP favorise la collaboration de nos deux organisations au-delà du projet ÉMIP.

 

Sylvie Desautels et Mario Raymond, respectivement travailleuse sociale et policier-patrouilleur (à droite) étaient accompagnés du directeur du Service de police de Sherbrooke, Danny McConnell, Pauline Lefebvre, membre du conseil d'administration,Lyne Cardinal, directrice des services généraux et André Forest, membre du conseil d'administration du CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

 

Le projet se poursuit pour deux ans

Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS et le Service de police de Sherbrooke (SPS) maintiennent l’équipe mobile d’interventions psychosociales (ÉMIP) à Sherbrooke pour une deuxième année. Pour évaluer son projet, l’ÉMIP est soutenue par une équipe de recherche de l’Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux (IUPLSSS) du CIUSSS de l’Estrie – CHUS.. Cette étude a été financée par la Fondation Vitae.

 

Fichiers complémentaires

Communique_Bilan_Interv_psychosoc_2017-02-01.pdf105 K

<< Retour à la liste des nouvelles