L’ordre de réalisation et l’échéancier des actions prévues durant la prochaine année du PAJEF (2021 à 2022) et durant les années subséquentes (2022 à 2025) pourraient être ajustés. Nous voulons choisir les prochaines actions avec les partenaires intersectoriels et nous arrimer aux nouvelles priorités ministérielles (ex. DPJ nationale), de même qu’aux recommandations émanant de la Commission Laurent. Nous prendrons l’automne pour effectuer ces ajustements.

S’engager dans une approche globale pour tous les enfants et leur famille afin de favoriser leur développement


Du local au régional, de la naissance à l’âge adulte, du milieu de garde à l’école, il faut structurer les services à la jeunesse dans un continuum dédié au développement global des enfants. C’est avec la contribution de l’ensemble des acteurs gravitant autour des jeunes et des familles que nous pourrons améliorer la connaissance, l’accessibilité et la continuité des services. Ainsi, les actions de cet axe s’appuient sur :

  • la mobilisation régionale
  • la prévention et la promotion

Actions à réaliser

6 premiers mois (janvier à juin 2021)

  • Mettre en place une structure de gouvernance jeunesse intersectorielle
    • Cette nouvelle structure réunira les personnes de différentes directions du CIUSSS de l’Estrie – CHUS ainsi que des partenaires (milieu scolaire, petite enfance, organismes communautaires, etc.). Ensemble, ils mettront en œuvre des actions visant la santé et le bien-être des enfants et des familles, par exemple l’ajustement des services par territoire. Ces actions seront guidées par les priorités et la réalité de chaque réseau local de services (RLS). La structure de gouvernance va également représenter les niveaux stratégique, tactique et opérationnel.
  • Dresser un portrait par réseau local de services (RLS) des caractéristiques des jeunes et de leur famille (caractéristiques populationnelles, profil épidémiologique, utilisation des services, etc.) 
    • Il n’existe pas encore de dispositif qui intègre l’ensemble de ces données. Par conséquent, une portion de la population risque de ne pas être desservie de façon optimale par manque d’adaptation des services aux réels besoins. La collecte et la mise en commun des données sur les caractéristiques des jeunes et des familles permettront de mettre en lumière les particularités de chaque région et ainsi soutenir la prise de décision pour l’ajustement des services. Cela servira aussi à améliorer le partenariat avec d’autres secteurs.
  • Élaborer un cadre de référence du continuum intégré du développement des jeunes de 0-21 ans sous l'angle du développement optimal de l'enfant
    • Le cadre de référence sera un document phare utilisé par les parties prenantes du plan d’action. Il dressera le portrait des soins et des services par réseau local de services (RLS) offerts à chacune des étapes de vie de l’enfant et précisera : les portes d’entrée dans les différents programmes et services; les mécanismes d’accès, de référencement et de coordination; les sous-trajectoires de soins et de services. L’élaboration de ce cadre de référence sera l’occasion de voir comment les projets en cours s’articulent avec les programmes et les services existants.
  • Créer un bottin Web bilingue des ressources pour les jeunes et leur famille 
    • La création de cet outil viendra pallier l’absence d’endroit où trouver l’ensemble des services offerts aux jeunes et aux familles dans chaque RLS. Puisque le bottin se trouvera sur le Web, il sera facilement accessible par les usagers et par les partenaires qui désirent mieux se connaître entre eux. Les utilisateurs pourront faire des recherches rapides et trouver les ressources qui répondront précisément à leur(s) besoin(s), et ce, grâce à des filtres par mots-clés, territoire, âge, etc. Seront indiqués pour chaque ressource l’horaire, la clientèle desservie, les critères d’admissibilité et les coordonnées.
  • Faire connaître la porte d'entrée des services jeunesse de proximité (1re ligne)
    • Savoir où s’adresser et sur quels aspects il est possible d’avoir de l’aide n’est pas toujours chose simple pour les jeunes et leur famille. C’est pourquoi il faut leur faire connaître la principale porte d’entrée : Info-Social, option 2. Une campagne de promotion bilingue sera l’occasion de rappeler tant les services offerts que les modalités d’accès.
  • Regrouper, actualiser et implanter les meilleures pratiques reconnues au plan scientifique
    • Par ces actions, les intervenants jeunesse seront dotés de repères normatifs qui viendront renforcir la qualité de leurs interventions. Ils auront facilement accès à ces meilleures pratiques et des mécanismes d'intégration et de suivi seront mis en place.

Première année (2021 à 2022)

  • Intégrer les services pour les jeunes de 18-21 ans au continuum jeunesse
    • Pour assurer la continuité des services lors du passage à l’âge adulte
  • Mettre en place des stratégies d'attraction et de rétention des ressources humaines spécifiques aux secteurs jeunesse 
    • Pour assurer une stabilité des équipes et, par le fait même, favoriser la continuité des liens entre l’intervenant, les enfants et leur famille 
  • Mettre en place l'avis de grossesse dans tous les réseaux locaux de services (RLS) et des mécanismes de suivi
    • Pour repérer les familles à risque et créer un contact avec elles le plus tôt possible

Années subséquentes (2022 à 2025)

  • Établir une collaboration plus étroite avec les groupes de médecine de famille (GMF) et la pédiatrie sociale
    • Pour qu’ils puissent référer plus facilement les jeunes et leur famille aux services jeunesse requis selon leur situation
  • Développer la trajectoire du développement normal de l'enfant
    • Celle-ci donnera un point de repère aux équipes jeunesse et permettra de poursuivre l’amélioration du maillage entre les partenaires du continuum jeunesse
Partager