COVID-19

Pour en savoir plus, visitez santeestrie.qc.ca/covid-19

Des questions? Appelez au 1 844 721-6094 (Estrie) ou au 1 877 644-4545 (Lundi au vendredi : de 8 h à 18 h).

Chaleur extrême

Se protéger pendant les vagues de chaleur

La chaleur extrême peut entraîner des effets sur la santé, notamment de la déshydratation, de la grande fatigue, des maux de tête, des nausées, des étourdissements, etc.

Pour éviter les effets nocifs de la chaleur, il est recommandé de :

  1. BIEN S’HYDRATER : Boire beaucoup de liquides variés (ex. : eau, jus dilué avec de l’eau, boisson pour sportifs sans caféine) sans attendre d’avoir soif ou selon les quantités indiquées par le médecin.
  2. RESTER AU FRAIS : Passer au moins deux heures par jour dans un endroit frais (idéalement avec climatisation).
  3. RÉDUIRE LES EFFORTS : Réduire les efforts et les activités physiques à l’extérieur, particulièrement entre 10 h et 15 h.

Personnes à risque

Les personnes suivantes ont plus de risques de présenter des complications si elles sont exposées à la chaleur :

  • les bébés et les enfants de moins de 5 ans;
  • les personnes âgées;
  • les personnes en perte d’autonomie ou qui vivent seules;
  • les personnes qui souffrent de maladies chroniques ou de problèmes graves de santé mentale;
  • les personnes qui ont des problèmes de consommation d’alcool ou de drogues; 
  • les personnes qui exercent un métier exigeant physiquement ou qui travaillent au soleil ou à l’extérieur, comme les travailleurs de la construction;
  • les personnes qui travaillent dans des milieux où les procédés de travail dégagent de la chaleur, comme les fonderies ou les boulangeries;
  • les personnes qui font de l’exercice intense à l’extérieur par temps chaud, ou à l’intérieur dans des lieux non climatisés ou mal ventilés;
  • les personnes qui n’ont pas accès à des endroits frais ou climatisés;
  • les personnes qui prennent certains médicaments sous ordonnance susceptibles d’aggraver les effets de la chaleur.

Zones à risque

Certaines caractéristiques de l’environnement augmentent les risques pour la santé liés à la chaleur. Par exemple, un secteur urbain, avec une présence importante de surfaces asphaltées, certains types d’immeubles, et peu de végétation est un lieu propice à l’effet « îlot de chaleur ». Dans ces zones, on observe parfois une augmentation de température jusqu’à 12 degrés Celsius par rapport à d’autres zones sur le même territoire. En Estrie, on note une concentration importante d’îlots de chaleur dans différentes villes du territoire.

Si vous résidez dans un îlot de chaleur, vous êtes plus à risque de souffrir de troubles liés à la chaleur.

Localiser les îlots en Estrie

Chaleur extrême et COVID-19

Dans le contexte actuel de pandémie, plusieurs mesures ont été mises en place afin de diminuer la propagation du virus. Considérant que plusieurs de ces mesures ne correspondent pas aux mesures de prévention généralement mises en place lors d’une vague de chaleur, la Santé publique a adapté ses recommandations.

Ventilation, climatisation et ventilateurs

Si un système de ventilation est présent et en bon état de fonctionnement, il peut continuer à être utilisé sans problème puisque cela favorise l'apport d'air de l'extérieur vers l'intérieur.

En l'absence de ventilation mécanique centralisée, la ventilation par ouverture périodique des fenêtres (surtout la nuit lorsque la température est inférieure à l'extérieur lors des vagues de chaleur) est recommandée. Il est également conseillé d’aérer les pièces en ouvrant les fenêtres au maximum et les portes de corridor durant une quinzaine de minutes au moins trois fois par jour.

Concernant les systèmes de climatisation mobiles ou de fenêtre qui sont déjà présents dans certains lieux, ces derniers peuvent toujours être utilisés même si cela implique une recirculation de l’air intérieur. Par contre, le cas échéant, il est important d’assurer une bonne ventilation de la pièce (soit par un système de ventilation, soit en ouvrant les fenêtres).

Pour ce qui est de l’utilisation de ventilateurs sur pied, ils sont généralement à éviter dans les lieux communs (c’est-à-dire fréquentés par plusieurs personnes), car ils pourraient contribuer à propager le virus s’il y avait présence de personnes infectées, même si asymptomatique. Cependant, étant donné le très faible nombre de cas de COVID-19 circulant en ce moment en Estrie et considérant qu’un ventilateur sur pied diminue l’inconfort lié à la chaleur, son utilisation pourrait être tolérée, en respectant les balises suivantes :

  • Le flux d’air provoqué par le ventilateur sur pied ne doit pas être dirigé vers le visage des occupants de la pièce;
  • Le système de rotation du ventilateur sur pied ne doit pas être en fonction.
  • Si la température de la pièce est supérieure à 35 °C, l’utilisation de ventilateurs sur pieds pourrait accélérer l’assèchement et la déshydratation. Il est alors d’autant plus important de s’hydrater adéquatement en consommant fréquemment de l’eau.

 

Concernant les ventilateurs de plafond, le mécanisme ne favorisant pas l'apport d'air extérieur, cela s'apparente plus à un ventilateur sur pied, mais avec l'avantage qu'il ne dirige pas directement l'air au visage des occupants. Ce n’est donc pas problématique de l'utiliser.

Références :

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/covid/2992-environnement-interieur-qr-covid19.pdf 

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/3034-climatiseurs-ventilateurs-milieux-scolaires-garde-camps-jour-covid19.pdf

Lieux de fraîcheur publics intérieurs

Durant les heures les plus chaudes de la journée (12 h à 21 h), il est recommandé aux municipalités de prolonger les heures d'ouverture de certains lieux publics climatisés désignés (ex. : bibliothèques, aires communes des centres d’achats, etc.), et ce, même en contexte de pandémie. L’utilisation de lieux privés fermés ou moins achalandés en raison de la pandémie peut aussi être envisagée (ex. : cinéma, hôtels). Un aménagement devrait être prévu afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur notamment la distanciation physique, l’aération et le nettoyage des lieux (www.inspq.qc.ca/covid-19). Ces lieux ne devraient pas être fréquentés par des personnes atteintes de la COVID-19 ou ayant des symptômes compatibles avec celle-ci.

Lieux de fraîcheur publics extérieurs

La plupart des parcs offrent des endroits ombragés (ex. : sous les arbres) avec des aires de repos telles que des bancs ou des tables de pique-nique à l’ombre. Ces endroits offerts dans plusieurs municipalités sont considérés comme des lieux de fraîcheur extérieurs.

Piscines, jeux d’eau et plages publiques

Durant une vague de chaleur, il est recommandé aux municipalités de prolonger les heures d'ouvertures des piscines et jeux d'eau, et ce, même en période de pandémie. Un aménagement devrait être prévu afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur notamment la distanciation physique et les mesures d'hygiène. Les exploitants de ces installations doivent s’assurer de mettre en place des mesures afin de respecter les consignes sanitaires.

L'ouverture des plages publiques et privées est prévue le 22 juin.

L'ouverture des piscines publiques et jeux d'eau est autorisée par la Direction nationale de santé publique. Consultez l'horaire auprès de votre municipalité. 

D’autres moyens pour se rafraîchir :

Adultes : prendre une douche ou un bain frais aussi souvent que nécessaire ou de rafraîchir sa peau plusieurs fois par jour avec une serviette mouillée.

Bébés et enfants : les parents devraient aussi être invités à rafraîchir leur peau plusieurs fois par jour avec une serviette mouillée ou de leur faire prendre un bain frais aussi souvent que nécessaire.

Partager