Ami des chiens d'assistance

lundi 11 juin 2018 | Actualités

La présence des chiens d’assistance est désormais acceptée dans la plupart des secteurs de l’établissement grâce au principe « Ami des chiens d’assistance ».


M. René Roy accompagné de son chien Rankine

« Ami des chiens d’assistance » est une initiative confirmant que la présence des chiens d’assistance est acceptée au sein des installations.

Une démarche saluée

Cette initiative concrétise une fois de plus le souci d’agir pour et avec l’usager, ses proches et la population. L’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ), tout comme le comité des usagers du centre intégré, saluent d’ailleurs la démarche entreprise par le CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

« Le chien d’assistance n’est pas un caprice. Mon chien Rankine est en quelque sorte ma prothèse vivante », souligne M. Roy.

 

Pour assurer la sécurité des soins, l’accès à certains lieux demeure interdit :

  • salles de réanimation des urgences;
  • unité d’hospitalisation en hémato-oncologie;
  • unité d’hémodialyse (pour le visiteur uniquement); 
  • soins intensifs et néonatologie;
  • chambres d’isolement (pour le visiteur uniquement);
  • bloc opératoire, salles de réveil, salles de chirurgie mineure, de radiologie d’intervention et laboratoires d’hémodynamie et d’endoscopie. 

Accommodements

Au besoin, l’établissement s’engage à offrir des mesures d’accommodement. L’objectif est de ne pas priver une personne de son chien, limiter le temps de séparation et veiller à ce que le chien soit en sécurité.

« On doit faire preuve d’ouverture quant aux besoins particuliers des personnes ayant un chien d’assistance. Il est important de trouver un terrain d’entente entre l’usager et le personnel », assure Nathalie Léonard, directrice intérimaire de la qualité, de l’évaluation, de la performance et de l’éthique.

 

Exemples d’arrangements possibles :

  • offrir des soins dans une unité qui n’est pas un lieu interdit;
  • identifier un endroit à proximité pour accueillir le chien d’assistance et un accompagnateur;
  • éloigner ou sortir de la pièce le chien d’assistance lors d’un soin aseptique (exempt de tout germe infectieux).

 

Le Fonds Brigitte-Perreault de la Fondation du CHUS a soutenu financièrement les stratégies pour faire connaître la nouvelle politique sur l’accès aux chiens d’assistance.

En savoir plus


Fichiers complémentaires
Communique_Chien_assistance.pdf

<< Retour à la liste des nouvelles
Partager