Bouger est bon pour la santé, même aux soins intensifs!

mercredi 01 mai 2019 | Actualités

Faire du vélo au lit permettrait aux patients gravement malades et à ceux qui sont plongés dans un coma de se rétablir plus rapidement.


Équipe de recherche du Dr Frédérick D’Aragon

Ergocycle : étude internationale en cours

À l’Hôpital Fleurimont, les physiothérapeutes Pascale Girard et Christine Lafond collaborent activement avec le Dr Frédérick D’Aragon à la réalisation du projet de recherche CYCLE. À l’aide d’un ergocycle, cette étude internationale souhaite démontrer qu’il est possible d’atténuer les faiblesses musculaires à la suite d’une immobilisation, favorisant ainsi un meilleur rétablissement des usagers.

Plus spécifiquement, l’étude veut valider si les patients admis aux soins intensifs se rétablissent plus rapidement s'ils font de l’ergocycle au lit comparativement à ceux qui n’en font pas.

Citations

« J’ai aimé faire du vélo au lit. Ce n’était pas essoufflant. Les infirmières m’ont félicité. Elles m’ont dit que j’ai beaucoup pédalé. J’ai bien performé même si j’étais moins éveillé. Je souhaite pratiquer une activité qui va m’aider à mieux me sentir. Je le recommande à d’autres personnes parce que cela aide les gens. » - Yvon Roy, patient de l’Unité des soins intensifs, participant au projet de recherche Ergocycle.

« C’est un projet de recherche qui aidera mon père à avoir plus de facilité à remarcher. Il va pouvoir récupérer plus vite, car avec les soins dont il a besoin actuellement il est moins mobile, et ce, pour un certain temps. » - Isabelle Roy, proche aidante.

L’Hôpital Fleurimont est le seul centre hospitalier au Québec à posséder un ergocycle et à participer à ce projet de recherche international.

Quelques chiffres : la réadaptation précoce chez les patients en soins critiques

  • Amélioration des résultats physiques et fonctionnels; les usagers sont capables de se lever hors du lit cinq jours plus tôt.
  • Le nombre de jours pour lesquels un patient est ventilé mécaniquement diminue de 50 %.
  • La période de confusion (délirium) s’écourte de 50 %.
  • Les patients sont capables de marcher environ 33 mètres lorsqu’ils quittent l’Unité des soins intensifs.
  • Invalidité à long terme : 59 % des patients sont autonomes au plan fonctionnel lorsqu’ils reçoivent leur congé de l’hôpital comparativement à 35 % dans un groupe contrôle.
  • 43 % des usagers retournent directement à domicile au congé de l’hôpital, en comparaison avec 24 % dans les groupes conventionnels.

Faits saillants

  • Les muscles des jambes représentent 5 % de la masse totale du muscle squelettique.
  • Il y a environ 570 muscles squelettiques dans le corps humain.

Fichiers complémentaires

Communiqué

En savoir plus

Profil du Dr D'Aragon



<< Retour à la liste des nouvelles
Partager