Diminution des cas de maladie de Lyme en Estrie

mardi 04 juin 2019 | Santé publique

Pour la première fois en cinq ans, le nombre de cas déclarés de maladie de Lyme a diminué sur le territoire.



Un constat de la Direction de santé publique

En 2018, 91 cas de maladie de Lyme ont été déclarés en Estrie comparativement à 126 cas en 2017. Au Québec, un total de 304 cas de maladie de Lyme a été déclaré en 2018 contre 329 en 2017.

La prévention est certainement une des hypothèses qui explique la diminution des cas cette année. Elle demeure la meilleure façon de se protéger contre les piqûres de tique.

« Malgré tout, il ne faut pas baisser la garde puisque le taux d’incidence estrien demeure le plus élevé au Québec. » — Dre Mélissa Généreux, directrice de santé publique.

Nombre de cas de maladie de Lyme déclarés en Estrie

  • 91 cas en 2018
  • 126 cas en 2017

Régions les plus à risques au Québec

  • RLS de la Pommeraie
  • RLS de la Haute-Yamaska

À eux seuls, ces deux RLS totalisent 82 cas de maladie de Lyme sur les 91 cas déclarés en Estrie en 2018.

Un antibiotique pour la maladie de Lyme?

Depuis 2016, il est possible de recevoir un antibiotique à la suite d’une piqûre de tique, selon certains critères spécifiques. Cette médication est offerte par les médecins de l’Estrie, dans les pharmacies et par les infirmières des groupes de médecine de famille de la région. En tout temps, composez le 811 et un professionnel de la santé vous orientera vers les bonnes ressources.

Piqûre de tique : comment se protéger

  • Demeurer dans les sentiers et éviter de frôler la végétation.
  • Appliquer un chasse-moustiques à base de DEET (20 à 30 %) ou d’icaridine (20 %). 
  • Porter un chapeau, des souliers fermés, des vêtements de couleur pâle qui couvrent la peau et mettre les chaussettes par-dessus les pantalons ainsi que le chandail dans le pantalon.
  • Prendre une douche après l’activité, examiner le corps et les vêtements et retirer les tiques.
  • Mettre les vêtements dans la sécheuse à température élevée pour 10 minutes ou les laver à l’eau chaude.

En savoir plus


Fichiers complémentaires
Communique_Maladie_Lyme_juin2019.pdf

<< Retour à la liste des nouvelles
Partager