Proches aidants : du répit maintenant offert partout en Estrie

mardi 29 janvier 2019 | Actualités

Les personnes qui accompagnent un proche atteint d'Alzheimer pourront bénéficier de 3 heures de répit à domicile par semaine.


Pour Jacques Landry et Céline Boucher, la visite de leur accompagnatrice, tous les mardis, est très attendue!

Alzheimer – pour éviter l’épuisement des proches aidants

Grâce à un partenariat avec la Société Alzheimer de l’Estrie*, le CIUSSS de l’Estrie – CHUS offrira un bloc de trois heures de répit hebdomadaire par proche aidant sur l’ensemble du territoire de l’Estrie. Dix-huit professionnelles sont spécialement formées pour interagir et stimuler les personnes atteintes de la maladie.

« Quand Diane est ici, je sais que Céline, ma femme, est en sécurité », souligne Jacques Landry, proche aidant d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer. « J’ai une grande confiance en elle. Sa visite hebdomadaire me permet de sortir me changer les idées. J’en profite pour jouer au bridge, ma passion. Diane c’est une perle rare, elle casse notre routine. Parfois, il peut être épuisant de répondre à la même question toutes les cinq minutes. Diane, depuis quatre ans, c’est un vent d’air frais qui entre dans notre appartement », tient-il à dire.

Pour obtenir le service de répit aux proches aidants

Les personnes intéressées à recevoir le répit doivent communiquer avec le CLSC de leur région. Une évaluation par un professionnel est préalable à la réception du service.

Présentement, ce sont plus de trente familles qui reçoivent 6000 heures par année de répit. Le service peut maintenant être offert à un plus grand nombre de personnes grâce à un investissement important du ministère de la Santé et des Services Sociaux pour offrir davantage de services à domicile.

* Depuis quelques années, un partenariat semblable entre le CIUSSS de l’Estrie – CHUS et la Société Alzheimer de Granby et régions permet d’offrir le service de répit à la population des régions de Granby et de Brome-Missisquoi. Pour information, il faut communiquer avec le CLSC de sa région.

« Un lien de confiance se crée rapidement entre les usagers et leur accompagnatrice », mentionne Caroline Giguère, directrice générale de la Société Alzheimer de l’Estrie. « Elle se présente à la maison, chaque semaine, le même jour pour trois heures, afin de stimuler les capacités de la personne atteinte d’Alzheimer. Et ce, dans le respect de son autonomie, de ses préférences et de son rythme », précise-t-elle.

« Le service de répit, c’est aussi du temps pour les proches aidants. Ils peuvent profiter de ce moment pour se ressourcer ou vaquer à des activités », souligne Mme Giguère.

Trouver un CLSC


Fichiers complémentaires
Communique_Societe_Alzheimer.pdf

<< Retour à la liste des nouvelles
Partager