Résultats du dénombrement des gens en situation d’itinérance visible

vendredi 29 mars 2019 | Actualités

Première d’une série de 4 quatre étapes qui permettront de documenter et d’obtenir une meilleure compréhension du phénomène de l’itinérance



Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a rendu public les résultats du dénombrement des personnes en situation d'itinérance visible au Québec. Rappelons que l’exercice, réalisé le 24 avril 2018, avait pour objectif d’en estimer le nombre et d’en décrire le profil dans onze régions du Québec dont la nôtre.

Faits saillants pour la région de l’Estrie

  • Le dénombrement a permis de recenser 423 personnes en situation d’itinérance visible. Selon les données qui ont pu être recueillies, 2,6 % ont passé la nuit à l’extérieur comparativement à 15 % pour l’ensemble du Québec;
  • L’exercice a permis de compiler 313 questionnaires auprès de personnes en situation d’itinérance visible (283) ou cachée (30). Ceux-ci sont des hommes dans une proportion de 79,3 %;
  • Les personnes recensées dans un centre de thérapie ou un centre de réadaptation en dépendance sont sur-représentées en Estrie (39 %) en comparaison avec l’ensemble du Québec (13 %). Ce résultat s’explique par le nombre important de centres de thérapie en dépendance et toxicomanie sur notre territoire. Aussi, quelque 67 % des répondants ayant passé la nuit dans ce type de lieu provenaient de l’extérieur de l’Estrie;
  • Plus du quart des répondants (28 %) ont rapporté avoir été incarcérés au cours des 12 derniers mois, ce qui est significativement plus élevé que pour l’ensemble du Québec (19 %);
  • Quelque 63 % des répondants ont effectué au moins une visite à l’urgence au cours de la dernière année. Cette proportion est encore plus élevée (73 %) chez les personnes en situation d’itinérance cachée;
  • Quand on leur demande quels sont les services souhaités, les réponses les plus fréquentes sont: de l’aide pour trouver et conserver son logement (43,5 %), de l’aide pour trouver un emploi (37,7 %) et des services en dépendance et toxicomanie (31,5 %);

« Les résultats de ce premier dénombrement sont importants parce qu’ils représentent une source additionnelle de données qui permettront d’améliorer les actions déjà en cours avec les partenaires de différents secteurs », explique Charles Coulombe, responsable de la coordination intersectorielle en itinérance pour le territoire desservi par le CIUSSS de l’Estrie – CHUS.



<< Retour à la liste des nouvelles
Partager