L’heure juste à propos des stationnements

Il est temps de remettre les pendules à l’heure : de fausses informations circulent concernant les stationnements du CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

Vos questions...

Pourquoi des codes pour un stationnement gratuit?

Tout le personnel, les médecins et les gestionnaires doivent payer leur permis de stationnement. Toutefois, avec leur permis, les employés de nuit peuvent se stationner dans les espaces « visiteurs » se trouvant plus près de la bâtisse afin que leurs déplacements soient plus sécuritaires. Si leur quart de travail est prolongé au-delà de 8 h 30, ils peuvent demander un code aux agents de sécurité afin de pouvoir demeurer dans l’espace « visiteurs » et éviter une contravention.

D’autres exemples? Les bénévoles et les usagers d’une grande vulnérabilité et démunis peuvent utiliser ces codes.

Et non, ces codes ne sont pas utilisés par des gestionnaires ou par la direction de l’établissement. La gestion de ces codes est très stricte et rigoureuse.

Pourquoi devoir payer son stationnement à l’hôpital?

Les soins de santé et les services sociaux offerts dans les établissements sont financés par l’État. Le stationnement, non.

Les règles du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) sont claires : un établissement ne peut utiliser de l’argent dédié aux soins et services à la population pour entretenir son stationnement (déneigement, sécurité, réparation). Les stationnements doivent s’autofinancer.

Pourquoi avoir augmenté les tarifs?

Avec les tarifs modulés, vous payez sans doute moins cher qu’auparavant! À l’Hôpital Fleurimont, par exemple, vous payiez l’an dernier 6,50 $ à partir de la 31e minute. Aujourd’hui, vous payez entre 2,50 $ et 7,50 $, dépendamment de votre besoin. Le tarif pour 4 h et plus a légèrement augmenté, mais on constate tout de même une baisse de revenus (environ 10 %) de stationnement pour l’établissement depuis le 1er avril (données du mois d’août 2017).

Les nouveaux tarifs sont donc bénéfiques à la majorité des usagers.

Pourquoi avoir changé le système?

Dans plusieurs installations, les systèmes étaient désuets, fréquemment défectueux et dysfonctionnels. Sans compter que les coûts d'entretien des équipements étaient significatifs.

Certains systèmes ne permettaient pas de gérer une gratuité de 30 minutes et des tarifs modulés. De plus, étant maintenant un seul établissement, le CIUSSS de l’Estrie – CHUS doit rendre les permis de stationnement transférables d'une installation à l'autre, ce qui n’était pas possible avec les anciens systèmes. Ainsi, avec le nouveau système, si vous êtes au CSSS de Memphrémagog et que vous devez venir à Sherbrooke pour d’autres examens dans la même journée, vous n’avez pas à repayer votre stationnement.

La gratuité de 30 minutes et la transférabilité des billets de stationnement d’une installation à une autre sont des exigences du MSSS.

Où vont les revenus des stationnements?

Tous les revenus (horodateurs et vignettes d’employés) reviennent à l’établissement et ne vont ni à la Société Parc-Auto du Québec (SPAQ) ni dans les poches d’aucun dirigeant ou gestionnaire de l’établissement!

Les revenus des stationnements servent à payer, entre autres, les frais de contrat avec la SPAQ et à entretenir, réaménager ou réparer les stationnements, louer des espaces supplémentaires, soutenir les stratégies de mobilité durables (navettes, gratuité du transport en commun, abri-vélo, bornes de recharges des véhicules électriques, etc.).

Le contrat avec la SPAQ est à tarif fixe. Il vise l’installation et l’entretien des systèmes (horodateurs) ainsi que la surveillance et la gestion du parc de stationnement.

Les tarifs de stationnement sont fixés par l’établissement et non par la SPAQ.

Où va l’argent des contraventions?

Si vous êtes dans une installation de Granby ou Magog, l’argent des contraventions va à la ville.

Si vous êtes à Sherbrooke ou Cowansville, 50 % de l’argent va à la ville et l’autre 50 % va à l’établissement. Pour les autres installations, l’argent va à l’établissement.

Des revenus de contraventions, l’établissement remet 20 000 $ à Centraide depuis 2008.

Y aura-t-il des pertes d’emploi?

Le fait d’avoir octroyé le contrat pour l’installation et l’entretien des systèmes (horodateurs) et la surveillance et la gestion du parc de stationnement à la SPAQ n’engendre aucune perte d’emploi pour les agents de sécurité de l’établissement. Ces agents peuvent maintenant faire des tâches pour lesquelles ils sont à valeur ajoutée, comme assurer la sécurité du personnel et des usagers… et non donner des contraventions!

Toutefois, nous faisons du « non remplacement » d’absences d’agents de sécurité. Éventuellement, trois équivalents temps complets seront abolis, mais cela se fera par attrition (non remplacement d’un départ).

Pourquoi donner le contrat à une entreprise de Québec?

Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS est soumis aux règles d’appel d’offres du gouvernement du Québec. Toute entreprise pouvait soumissionner si elle répondait à nos besoins, soit fournir des équipements, assurer la gestion et assurer la surveillance du parc de stationnement pouvait. Toutefois, en vertu de la Loi sur les contrats des organismes publics, nous devions retenir le soumissionnaire le moins onéreux. C’est la Société Parc-Auto du Québec (SPAQ) qui a été choisie.

Saviez-vous que la SPAQ est un organisme à but non lucratif qui gère plusieurs parcs de stationnement des secteurs publics dans la province?