Soins et services améliorés pour les personnes réfugiées

vendredi 21 juin 2019 | Actualités

Dès l’automne 2019, trois nouvelles infirmières viendront aider cette clientèle vulnérable à Sherbrooke.



Une clientèle vulnérable

En raison des conditions de vie de leur pays d’origine, les réfugiés ont souvent des problèmes de santé à leur arrivée. La Clinique des réfugiés procède donc rapidement à un bilan physique et psychosocial de chaque personne. Mais ensuite, l’urgence devient trop souvent leur seule solution en attendant d’avoir un médecin de famille.

Dès cet automne à Sherbrooke, dans les quartiers Ascot et Jardins-Fleuris, trois infirmières viendront soutenir cette clientèle fragile et souvent isolée. Deux d’entre elles travailleront complèteront l’équipe d’intervention de quartier déjà en place pour soutenir les usagers vulnérables. La troisième, une infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne, joindra l’équipe de la Clinique des réfugiés.

Ces infirmières exerceront leur plein champ d’exercice :

  • évaluation et planification des soins
  • enseignement (maladies chroniques, soins aux nouveau-nés, etc.) 
  • communication et coordination des soins et services.

Soutien financier de la Fondation de l’OIIQ

Cette innovation voit le jour grâce à la Fondation de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). En juin, elle remettait la subvention Pour mieux soigner, d’une valeur de 225 000 $, au projet « Implantation d’une intervention de soins infirmiers de proximité innovante auprès des personnes réfugiées » proposé par le CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

Stéphanie Charest, chef de service à la Direction des soins infirmiers; Julie Laflamme, chef de service à la Direction des services généraux; Julie Pearson, chef des services psychosociaux généraux; la Dre France Desjardins, cogestionnaire à la Clinique des réfugiés et chercheuse à l'Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux (IUPLSSS); Lara Maillet, professeure et chercheuse à l’École nationale d’administration publique (ENAP) ainsi que chercheuse à l’IUPLSSS. Absente : Johanne Déry, cochercheuse et professeure à l’Université de Montréal.

Apport important de la recherche

L’innovation, un projet-pilote qui durera deux ans, résulte de la recherche dirigée par Lara Maillet et Dre France Desjardins, chercheuses à l'Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux (IUPLSSS), en collaboration avec les partenaires locaux en lien avec le multiculturalisme.

En continuité, le projet actuel sera suivi par une équipe de recherche menée par Mme Maillet, pour l’École nationale d’administration publique (ENAP), et par Johanne Déry, pour la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal.

Selon les résultats, cette initiative pourrait s’adapter à d’autres clientèles.

Pour en savoir plus



<< Retour à la liste des nouvelles
Partager