COVID-19 | Consultez CORONAVIRUS | COVID-19 ou appelez au 1 844 721-6094  
Quoi faire en cas de COVID-19? > 

Nouvelle hausse de cas de maladie de Lyme : la prévention est toujours de mise!

jeudi 01 septembre 2016 | Santé publique

Plus d’une cinquantaine de cas ont été identifiés ou sont actuellement en enquête, alors que pour la même période l’an passé on notait 30 cas au total.



La Direction de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l’Estrie – CHUS) note une augmentation du nombre de cas de maladie de Lyme déclarés par rapport l’an dernier. Comme la tique, vectrice de la maladie de Lyme, est encore active à l’automne, il est toujours pertinent de se protéger. D’ailleurs, deux enquêtes démontrent une méconnaissance de la maladie dans la population.

Résultat de notre enquête

La Santé publique a conduit une enquête visant à analyser les dossiers des patients s’étant présenté pour une piqûre de tique ainsi qu’un sondage Facebook pour évaluer les connaissances de la population face à la maladie. Les principaux constats qui en ressortent sont les suivants :
  • Plus d’une soixantaine de personnes ont consulté pour piqûre de tique dans les installations de Cowansville et de Granby cet été.
  • Les activités ayant mené à la piqûre sont souvent des activités extérieures telles que la randonnée et le camping, mais le plus souvent l’exposition est survenue au lieu de résidence de la personne.
  • Les hommes (71 %) sont plus enclins à consulter que les femmes.
  • Les patients qui consultent se trouvent dans tous les groupes d’âge, mais de manière plus fréquente chez les enfants (0 à 10 ans) et les adultes d’âge moyen (31 à 40 ans).
  • En cas de piqûre, 43 % iraient à l’urgence ou en clinique en l’absence de symptômes. Rappelons qu’une consultation auprès d’un médecin n’est de mise que lors de l’apparition de symptômes, ou encore, lors d’une piqûre récente pour les territoires les plus touchés (Brome-Missisquoi et Haute-Yamaska).
  • Un peu moins d’un répondant sur deux (48 %) sait qu’il existe un traitement préventif en cas de piqûre pour ces deux territoires.
  • L’ensemble de ces données confirme que les gens connaissent encore trop peu la maladie de Lyme et les actions à entreprendre en cas de piqûre de tique.

Pour en savoir plus sur la maladie de Lyme et les tiques

Pour en connaitre davantage sur la maladie de Lyme et les mesures préventives, visiter le santeestrie.qc.ca/lyme.


<< Retour à la liste des nouvelles
Partager